AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shinji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▲ Nombre de messages : 3123
▲ Age : 28
▲ Originaire de : New York
▲ A NY Depuis : Août 2001
▲ Emploi/Etudes : Etudiant en Informatique
▲ Theme Musical : It Was Always You
▲ Avatar : Wojtek Czerski



affinités
affinité:
Voir le profil de l'utilisateur http://blackeden.fr
MessageSujet: Shinji   Jeu 3 Déc - 18:38



   
Shinji Hunt

   

   
LA BASE

Nom : Hunt / Takahashi
Prénom : Shinji
Age :  24 ans (11/09/1991)
Nationalité : Japonais naturalisé Américain
Emploi/Etude : Assistant de gestion
Avatar : Hiroki Narimiya


DESCRIPTION PHYSIQUE

Je suis un jeune homme de 24 ans, brun au naturel mais me faisant a l’occasion des colorations quand l’envie m’en prend. Je tien a préciser que la fois ou je me suis fait les cheveux de couleur platine était une erreur. Comprenez bien que j’étais naïf et perturbé à l’époque, on ne m’y reprendra plus promis. Les yeux brun eux aussi, je mesure un petit 1 mètre 72. Ce n’est pas réellement petit mais me retrouvant souvent avec des hommes d’un bon 1 mètre 80 j’ai souvent l’impression d’être un nain. Enfin, je ne complexe pas plus que ça sur ma taille. Pas comme si je pouvais la changer alors a quoi bon ce prendre la tête dessus. De plus, avec mes 60 kilo tout mouiller qui ne bouge pas quoi que je mange, bien que je mange de façon tout à fait raisonner, être plus grand ne ferait de moins qu’une grande brindille. Non au final entre ma taille et mon poids je pense être quelqu’un de bien proportionner. D’apparence svelte et élancé mais sans faire chétif ou maigrelet non plus. Pour ce qui est de mon style vestimentaire, bien que pour le travail je porte souvent des pantalons en toiles ou jeans accompagné de chemises, dans la vie de tous les jours j’ai plus tendance à porter des vêtements ample et confortable comme des sweat et t-shirt a manche long et pantalons baggy. Enfin attention, pantalons baggy mais revu au gout du jour. Qui est large juste de ce qu’il faut pour être confortable. Pas ses trucs dégueulasse ou vous pouvez rentrer a dix dedans et que même en y étant autant il vous tombe au milieu des genoux. Ah précision importante tout de même : je suis totalement myope. Je porte constamment des lentilles ou des lunettes car sans ça je n’arrive même pas à voir ma main une fois le bras tendu. Une vraie taupe oui.



CARACTÈRE / PERSONNALITÉ

Il parait que je suis quelqu’un de taciturne. Chose qui n’est pas fausse je l’admets. En même temps a quoi bon parler quand on a rien a dire de particulier ? Ce n’est pas mon genre de parler juste pour m’entendre et j’ai beaucoup de mal avec les gens qui sont en comme ça. A vrai dire j’ai du mal avec les gens en général … Souvent je me demande un peu ce que je fais la. Dans ce monde. Je ne m’intéresse pas a grand-chose, ou plutôt si mais ce sont mes passions a moi, je ne vois pas l’intérêt de les partager. De partager avec les gens. D’ailleurs je n’aime pas beaucoup les personnes démonstratives. Celles qui ont le besoin de parler tout le temps. Les gens tactiles. Eux ce sont les pires ! Je déteste qu’on me touche. Sauf dans le sexe ça va de soit … quoi que, et encore … Mais dans la vie de tous les jours, même venant d’amis je n’aime pas qu’on me touche. C’est quelque chose de trop personnel, trop intime. Tous ses gens qui s’embrassent, touchent les mains ou visage des autres. Non mais vous avez une idée de combien de germes et microbe ce trouve sur une main ? Des toilettes fraichement utilisé à la chasse non tiré sont plus propre que vos mains ! Enfin bref … Je ne suis pas quelqu’un de très expressif non plus. Enfin, c’est que je ne souris pas. Ou rarement. Ça arrive comme tout le monde, mais à ce qu’il parait c’est quelque chose de surprenant venant de moi. Pour le reste il parait que mon visage exprime assez bien quand je suis dégouté, répugné, agacé, en colère. Que de bonnes émotions quoi. Mais c’est bien. Ça me permet d’avoir une distance avec les gens. Comme ça ils ne viennent pas me toucher ses dégueulasses. Enfin ça c’est dans la théorie. Dans la pratique il parait que je suis « mignon ». Non. Clairement non. Un chiot c’est mignon. Un chiot on peux lui caresser la tête. Moi, laissez les cheveux tranquille ils ne vous ont rien fait.



HISTOIRE

Je suis né au japon dans la préfecture d’Aomori et a vécu durant 4 ans dans un village aux des Monts Hakkoda. Le genre de village ou à peine une centaine d’habitants se retrouve réparti sur des kilomètres à la ronde. Le genre de village ou tu né et tu meurs. Sauf pour moi en l’occurrence. Si j’ai quitté ce village a mes quatre ans c’est suite a une épidémie qui a sévit dans notre village et d’autre au alentour. Sans qu’on sache comment n’y pourquoi les gens se sont mi a tombé malade, a avoir de forte fièvre et des pertes d’immunité. La chose était tellement grave qu’un périmètre de quarantaine avait été fait et que des médecins sans frontière étaient venus en renfort à l’état. Moi je ne suis pas tombé malade. Comme d’autres rares personnes j’étais apparemment immunisé contre cette maladie. Mes parents eux sont morts dans les premiers. Je n’avais pas d’autre famille qu’eux et les gens avec qui ils pouvaient être proches dans le village sont morts aussi. Forcé a resté malgré tout en quarantaine, j’ai plus ou moins été pris sous l’aille d’un couple de médecin américain. Je ne comprenais strictement rien a ce qu’ils pouvaient me raconter a l’époque mais leur simple présence était déjà un grand réconfort et vu les circonstances, c’est rapidement que je me suis moi aussi attaché a eux. Instinct de survie, de conservation et d’appartenance sur le moment …

L’épidémie terminé, avec très peu de survivant, j’étais voué a finir en orphelinat. Mais non. Mes anges gardien américain en n’ont décidé autrement. Ils ont décidé de m’adopter. C’est de cette façon que j’ai quitté le japon pour aller vivre en Amérique à Boston. Quel changement ! Passer de la campagne profonde japonaise à une immense ville américaine, même a quatre ans, radical ! C’est étrange d’ailleurs car je n’ai pas vraiment de souvenir de mon enfance au japon, peu aussi de mes premières années au état unis mais par contre je me souviens parfaitement de mon arrivé, des premiers mois … J’ai du rapidement apprendre à parler anglais. De souvenir ça n’a pas été si difficile. J’étais jeune, immergé, c’est venu tout seul. A l’inverse je ne parle presque plus japonais. J’ai encore des bases, serait sans doute capable de me débrouiller approximativement si je retournais au pays mais en mode touriste quoi. Un peu comme cette façon qu’ont les européen de parler anglais quand ils viennent ici. En mode Cro-Magnon oui.

Mes parents adoptifs voyageaient beaucoup pour leur travail. Pendant longtemps je n’étais pas scolarisé et avait les cours a la maison car je les accompagnais souvent dans leur mission. Restant a l’hôtel avec une nounou ça va de soit. Ils ne m’exposer pas aux maladies. Et ne m’emmenaient souvent que lors de mission humanitaire et non pas des grosses épidémies ou quoi. C’est à l’âge où j’ai dû rentrer au collègue que j’ai été scolarisé pour la première fois. Le choc ! Des gens ! Partout ! Sale en plus ! Quand pendant des années vos parents vous apprennent l’importance de l’hygiène, de bien vous laver les mains, de ne pas de toucher n’importe quoi et que vous débarquez dans … un collègue publique … Mon dieu, mon dieu ! Et puis ses gosses étaient bêtes en plus … « Oh t’es japonais ? Shingshagchong ! ahahah ! » … Horrible. Mais le pire c’était les filles. Bande de pucelle en chaleur, le cerveau lavé au manga shojo ou yaoi et autre à croire que parce que t’es japonais, petit et mignon elles peuvent te sauter dessus en te serrant dans leur bras en criant « kawaaaiiiiiii !!! » … Les pires je vous dis … Bon après je dois admettre que leurs lectures étaient plutôt instructives. A mon arrivé au collègue je ne m’intéressais pas du tout aux filles malgré que les autres garçons étaient bien souvent au taqué de qui aura le plus de succès. Ils étaient puérils et ridicule dans leur parade mais d’un autre coté je trouvais ça intéressant. Intrigant. Puis c’est après avoir lu un manga de type yaoi, donc gay que j’ai fais une découverte incroyable. Un couple ce n’est pas forcément femme / homme ! Le choc ! Choc parce qu’en faite l’idée ne m’avait jamais traversé l’esprit. J’avais toujours vu des couples hétéro alors dans mon esprit c’était ainsi que les choses allaient et puis voila. Mais loin d’en être dégouté ou perturbé, j’ai trouvé un grand soulagement dans cette découverte. Comprenant enfin pourquoi je ne m’intéressais pas le moins du monde aux filles mais qu’a l’inverse j’aimais beaucoup détailler les mecs. Surtout en sport oui. Le plus perturbé dans l’histoire a la limite se fut bien évidement mon père bien qu’au final pas plus que ça non plus. Je pense plutôt que c’est le naturelle déconcertant avec lequel je lui avais dit la chose qui l’avait plus déstabilisé qu’autre chose. Ce jour ou il était venu dans ma chambre alors que j’étais justement en train de lire un manga a la couverture assez explicite (explicite version japonaise hein, rien de bien méchant non plus).

- Shinji, on va mangé tu … tu lis quoi ?
- Un yaoi.
- Un quoi ?
- Un manga gay.
- Ah … Mais … ça te plait ?
- Oui beaucoup.
- Tu … Veux qu’on en parle ?
- Que je sois gay ? Non pas particulièrement. Tu veux en parler toi ?
- Et bien, non. Enfin si tout est clair pour toi …
- C’est clair.
- Et bien, bien … Heu, tu viens manger alors.
- Oui, je fini mon chapitre et j’arrive.


Voila, voila. C’est ainsi que j’ai su a mes treize ans que j’étais gay bien que bien évidement a cette époque ce n’était qu’une question de certitude, pas de mise en pratique. Pour ça, c’était venue plus tard … Ah et pour la petite histoire, quand j’ai été adopté et donc naturalisé américain, mes parents m’ont attribué le prénom de Shawn et bien entendu leur nom de famille mais malgré ça sur mes papiers mon identité japonaise persiste. En gros mon identité administrative est Shawn Shinji Hunt Takahashi. Long n’est ce pas ? Mais malgré cela je me présente toujours sous le nom de Shawn Hunt. Je ne fais jamais part de mes autres non. Il n’y a toujours eu que mes parents qui m’appelaient par mon prénom d’origine.

C’était ma première année de lycée. Tous comme le collègue je m’y étais fait quelques amis, malgré moi il faut le dire mais au moins fini les hystériques qui me sauté dans les bras en mode « oni-san !!! ». Tarée va … Bon en cours, dans la moyenne en sport, tout allait à peu près pour le mieux. Mais c’est aussi cette année que mes parents adoptifs se sont rendus en Afrique pour une mission humanitaire. Une mission d’un mois avec construction d’une école, prévention sur divers maladie et campagne de vaccination. Leur routine quoi. Sauf que cette fois les choses ne se sont pas passer comme d’habitude. Le village ou ils étaient installer a été attaqué par un groupe d’homme armé comme il y en a beaucoup dans ses régions. Sur place ils ont tué tous les hommes du village et les étrangers dont du coup, mes parents … Suite à leur perte, j’ai été envoyé vivre chez mes grands parents. Les parents de ma mère adoptive dans un coin paumé du Michigan. Des gens bien et gentil avec qui j’étais aussi plutôt proche. Enfin aussi proche que je pouvais l’être avec les gens … Déjà de nature assez taciturne et réticent au contact quel qu’il soit, ce drame a fini de bien me renfermer. Me faisant me concentrer sur mes études sans chercher décontracte avec les autres. Bon j’en avais toujours bien évidement. De par ma famille, les études, la vie en général mais je ne cherchais jamais à établir de vrai relation. De toute façon a quoi bon vu que les gens a qui vous vous attachez partent toujours ? Dans la vie ou dans la mort.

Une belle preuve de cela a été mon entrée à l’université. Encore une fois je ne cherchais pas le contacte humain, les relations avec les autres. Et pourtant il y a eu ce garçon. Devon. Un mec chiant au possible … Il parlait tout le temps pour rien dire, avait un humour misérable, se permettait de me toucher que ce soit à me faire des tapes sur l’épaule, me prendre le bras ou me secouer les cheveux. Taré lui aussi. Il aimait faire la fête, fumer et boire. C’est a cause de cette abruti que je fume aujourd’hui. Et que je déteste l’alcool. Enfin détesté.. Je bois aussi, mais un verre me fait ma soirée. Ce que je déteste c’est les gens qui se bourre la gueule jusqu’à en devenir encore plus bête qu’ils ne le sont déjà et surtout leur odeur … Non mais il n’y a rien de pire que l’odeur d’alcool dans la transpiration. Le nombre de fois ou j’ai du raccompagner cet imbécile heureux jusqu’à sa chambre parce qu’il était ivre et puant. A venir le soutenir et donc a le toucher et me laisser touché … C’est moi le taré en faite … Mais tout autant que ce mec m’insupportait, il m’attirait aussi. Sans être un mannequin il était mignon, bien foutu et avec du charme ça c’est sur. Il a toujours su que j’étais gay comme j’ai toujours su qu’il était hétéro mais allez savoir pourquoi un soir il a voulu qu’on le fasse, qu’on couche ensemble. Je précise qu’il était sobre tout de même. Sur le coup j’ai trouvé ça étrange qu’il veuille coucher avec moi tout en étant hétéro mais après tout pourquoi pas. Je le trouvais mignon et ça faisait un petit moment que je ne l’avais pas fait. Petit manque. Puis quoi qu’il devait en sortir ce n’était pas comme si je tenais à notre amitié plus que ça. Alors voila, on avait couché ensemble pour la première fois. Mais contre toute attente pas la dernière. L’histoire a duré deux mois. Deux mois ou Devon n’a pas changer, agissant la journée comme le parfait idiot qu’il était a passé son temps a me parler de choses sans intérêt, a me raconter des blagues de merde et a me toucher tout le temps. Bien que pour le dernier point ça ne me dérangeait plus trop. Je m’y étais habitué mais seulement avec lui. Parce que c’est avec lui que je me retrouvais quasi tous les soirs à coucher. Chez lui, chez moi, dans d’autres endroits plus insolite. Deux moi passé d’amitié et de sexe. Ça m’allait plutôt bien. Puis d’un coup, plus de nouvelle. Pendant une semaine silence radio a ne plus le voir, plus avoir d’appel ou de message. Je n’étais pas du genre a m’inquiété pour les gens et pas forcement plus pour lui bien que quand même … Tant de sexe et d’un coup plus rien. Chiant quoi ! Mais après cette semaine donc j’ai finalement vite compris la chose. Le jour ou un beau matin je l’ai croisé avec une fille. Sa nouvelle copine. Aucune réaction de ma part sur le moment. Juste des présentations polie, un salut on s’appel et l’occase puis j’étais repartie. Repartie dans ma chambre d’étudiant que j’avais ravagé entièrement, furieux d’avoir été remplacé de cette façon comme ça par cette petite pute blonde. Donc comme dit, rien ne sert de s’attacher aux gens. Tout le monde part un jour d’une façon ou d’une autre.

Mais suite a ça j’ai repris ma vie comme si de rien n’était. Revoyant Devon a l’occase à agir encore une fois comme si de rien n’était si ce n’est de le repousser violement quand celui-ci essayait de me toucher même amicalement. A non mon grand, trop tard. Maintenant tu garde tes microbes et ceux de ta salope … Pour les études je m’étais orienté sur du droit administratif. Pourquoi ? Pour être seul. En prenant cette filière je me disais que comme ça sortie de l’université je me trouverais un boulot  à la con mais bien payé dans un bureau. Seul. Isolé. A ne devoir travailler avec personne ou sinon a l’occasion. La blague quand on voit mon travail aujourd’hui …

Sortie de la fac j’avais été pistonné pour un poste. Par le père de Devon d’ailleurs. Celui-ci était un haut responsable dans une grande entreprise de New York. Une boite qui a pour vocation de racheté des boites en difficulté, les remettre sur pied et les revendre le triple voir plus de leur prix initiale. Cette boite appartenait à un certain Aaron Montgomery. A notre sortie d’université un recrutement était en place, Devon à parler de moi a son père par rapport a mes études dans le domaine administratif et sans même le vouloir vraiment me voila a un entretien d’embauche. Bon après tout c’était un bon boulot dans une bonne boite alors il fallait faire bonne figure. C’est ainsi que j’ai été embauché comme l’assistant d’un assistant avant de passé assistant d’un responsable, des boulots de secrétaire en gros jusqu’à passer assistant de gestion en dessous des ordres directe de monsieur Montgomery. En gros mon travail consiste à vérifier le boulot des autres a chaque fois que l’on rachète une entreprise. Moi qui voulait un travail planqué sans contacte avec qui que ce soit, me voila a passer mon temps à devoir courir a droite et a gauche derrière les gens … Etonnant que j’en sois arrivé la si jeune ? Oui et non. J’avais un an d’avance a mon entrée a l’université, est été embauché dans la boite a mes 21 ans, ai toujours fait preuve d’un travail solitaire mais exemplaire et, de façon assez étrange, me suis souvent retrouvé face a monsieur Montgomery a qui je rappelais apparemment son fils de par mon caractère distant et peu causant. Pour l’avoir déjà rencontré je confirme, il est peu loquace. Mais c’est très bien ainsi. Au moins il ne parle pas pour ne rien dire chose très agréable même si tout de même il parait assez rustre …

Enfin voila. Shawn Hunt, 24 ans, vivant et travaillant a New York dans une multinational depuis 3 ans. Affaire a suivre.



VOUS

Prenom : Kiarie
Age :  26 ans
Niveau de RPG : Bon
Multicompte : Kiarie family
Où avez-vous connu le forum : Hein hein



Fiche Créée par KIARIE de BLACK EDEN

   

......................................................................................................................................................

Dorian L. Wilde
“Baby I'm preying on you tonight”
Revenir en haut Aller en bas
 
Shinji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sherry sherry~
» Shinji Takeyama de retour au pays !
» De nouvelles loupes pour Shinji...
» Stand Up - Team de Shinji'
» Présentation Shinji'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NYC Private College :: NEW YORK :: STREETS-
Sauter vers: